Désiré Zoundi : ‘’Le CAMJBCI doit refaire son unité en Assemblée Générale’’

Désiré Zoundi, Président de l’Association des Jeunes Burkinabè de Cocody, (AJBC) et membre du Collectif des Associations des Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) n’est pas du tout à l’aise au constat que la grande faitière CAMJBCI perde un peu de sa superbe. Très nostalgique de ces années d’activisme qui ont imposé à ce regroupement le respect et la considération des autorités, il a entrepris avec deux autres camarades, Yala Daouda et Abraham Doh, la ronde des dinosaures de la trempe de Zinsonnie Marcel, Souleymane Savadogo, Awa Ouédraogo… repliés sur eux-mêmes depuis quelques mois. Il s’agit bien de les inciter au dépassement de soi et à l’engagement pour les motivations et les objectifs qu’ils se s’étaient assignés ensemble depuis plus de 5 ans et qui sont consignés dans les statuts et règlements issus de l’Assemblée Générale constitutive du 8 décembre 2012. Pour lui, le temps presse et l’actualité oblige.

Dans cette quête, Zoundi a applaudi des deux mains l’idée émise par nombre de jeunes et baptisée par Boukari Sawadogo comme étant le Cadre de Concertation des Associations. Seulement, Désiré Zoundi est très remonté contre les échanges peu amicaux sur les réseaux sociaux, qui mettent sur la place publique, les incompréhensions ou les dysfonctionnements des Associations. Pas plus qu’il ne comprend que le Cadre de Concertation soit perçu ou présenté comme venant tuer le CAMJBCI. ‘’Je reconnais que le CAMJBCI a besoin de se retrouver, de refaire son unité, de réinstaurer le dialogue dans une Assemblée Générale, mais pour rien au monde je ne saurais travailler contre cette plateforme. Et si je dois choisir entre le CAMJBCI ou tout autre regroupement, je choisis le CAMJBCI’’, précise –t-il. ‘’Le Cadre de Concertation doit être une faitière censée regrouper le CAMJBCI, la CABCI et l’ensemble des Associations enregistrées dans nos différents consulats. Et je n’y vois pas une présidence, fut elle tournante. Il faut que les choses soient claires dès le début afin que ça ne vienne pas exacerber les tensions. Nous ne devrions pas aller vite en besogne dans la mise sur pied du CDC. Nous devrions aller unis, soudés et forts’’, a rajouté Désiré Zoundi, qui souhaite vivement que la diaspora prenne part à la présidentielle 2020. Aucune feinte ne peut être tolérée à nouveau!

Diaspo24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *