BOUKARI S. : ‘’Le Cadre de Concertation? Pas de problème de leadership’’

Il a eu la lumineuse idée, comme nombre de jeunes leaders au sein de la diaspora, de proposer le Cadre de Concertation comme l’instrument de lutte pour fédérer toutes les associations de burkinabè pour la participation effective du Burkinabè de l’Etranger à la future présidentielle au Faso. Boukari Sawadogo, Président du Mouvement Africain pour l’Intégration en Côte d’Ivoire (MAICI), membre du CAMJBCI en dit plus et beaucoup à travers cette interview.

Bonjour président Boukari Sawadogo il nous revient que vous êtes l’un sinon le principal inspirateur du Cadre de Concertation, qu’est-ce que c’est en réalité ?

Le cadre de concertation est un cadre d’expression d’échange et de discutions de l’ensemble des leaders d’associations de collectifs qui devrait refléter la vraie majorité de la communauté.

Il y’a déjà d’une part le Camjbci et l’autre la Cabci. Pourquoi une autre association qui à tous les coups ressemble à une association de trop ?

Le cadre de concertation n’est pas une association, il est juste une tribune où toutes les associations et tous les collectifs se retrouveront pour échanger discuter et trouver des solutions aux maux qui minent la communauté
Vous êtes à ce que nous sachions un membre du Camjbci. Pourquoi vous ne déployez pas votre énergie de l’intérieur pour ouvrir le Camjbci aux autres associations et ainsi le rendre plus fédérateur et plus conquérant ?
Il faut avouer qu’à la création du Camjbci l’idée était de fédérer les associations mais malheureusement il y’a eu une incompréhension avec certains leaders qui ont pris leur distance et ils sont allés créer la Cabci vraiment dommage une crise s’est vite installée entre les deux collectifs et ceci rendait difficile la mission de fédérer les associations.

Est-ce que le Président Zallé Moussa vous a donné son accord ? Vous ne craignez pas que votre lumineuse idée échoue ou alors que cela exacerbe les querelles de leadership ?

Écoutez, quand il s’agit de l’intérêt général d’une communauté est ce qu’on a besoin d’un accord pour émettre ou faire prospérer une idée ? Je ne le pense pas. L’intérêt général est au-dessus de nos modestes personnes et je ne vois pas en quoi Zallé s’opposerait à l’idée d’un cadre de concertation pour le bien de la communauté. Pourquoi pensez-vous qu’une idée salutaire échouerait ? Je n’y pense pas à mon niveau le cadre de concertation ne posera pas de problèmes de leadership puisque c’est de manière concerté que les décisions seront prises.
Et si le cadre de concertation prévalait ne consacrerait-il pas la mort du Camjbci ?

En quoi le cadre de concertation consacrera-t-il la mort du Camjbci ? Le Camjbci est une structure autonome comme toutes les autres et continuera à exercer ses activités comme toutes les structures d’ailleurs. Toutes les structures se retrouveront dans le cadre de concertation quand il s’agira des questions d’intérêt général pour donner une force à la lutte comme je le dis toujours aucune structure aussi forte soit elle ne pourra à elle seule gagnée une lutte mais c’est ensemble que nous y arriverons.

Comment le cadre de concertation fonctionnera ? Quel est le programme en vue ?

Pour le moment, il s’agit ici d’une première rencontre pour partager et échanger l’idée d’un cadre de concertation et après adoption par l’ensemble des participants et de manière concerté nous donnerons un mode de fonctionnement et partant de cela un programme sera fait.

L’Ambassadeur Zongo Mahamadou a été aperçu aux funérailles du richissime Patounezambo OUEDRAOGO à Bietry dimanche dernier. Votre réaction ?

Avant tout propos je voudrais présenter mes sincères condoléances à la famille et à la communauté burkinabé que son âme repose en paix. Nous sommes en Afrique et l’Africain a un respect pour le mort d’où notre solidarité en pareille circonstance et son excellence en tant que africain et citoyen burkinabé est allé apporter sa compassion à la famille quoi de plus normal. Je constate que son service Com est revenu pour dire qu’il y étai et a signé le livre de condoléances au nom du Président du Faso. Cependant je l’encourage et l’invite à continuer d’être solidaire avec sa communauté sans distinction. Sinon pas de réaction particulière.

Un mot de fin

Je voudrais remercier diaspo24.info pour l’opportunité que vous m’offrez de m’exprimer sur des sujets de l’heure. Je lance un appel à tous les leaders aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur de prendre toutes les dispositions pour participer à la première rencontre du Cadre de Concertation ce dimanche 4 mars à Koumassi Ecole Mondon, près de la pharmacie iroko, sur la ligne 32 à partir de 10 h toute la diaspora est attendue.

Interview réalisée par Diaspo24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *