CITE DE LA DIASPORA : Notion dangereuse pour l’unité nationale

Après l’emballement ou la ferveur du Forum National de la Diaspora tenu il y’a quelques jours à Ouagadougou, il convient maintenant de réfléchir au calme sur ce que ce rendez-vous apporte ou apportera réellement aux ‘’diaspo’’, mais également sur les dangers qu’encourt le pays, et auxquels on ne fait pas encore attention. On peut d’ores et déjà saluer l’initiative et l’idée de SEM Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso, traduites en réalité. Ce n’est déjà pas rien. Ou dit positivement, c’est une grande avancée. Même si politiquement, cela est déjà perçu par les observateurs avertis, comme une sibylline stratégie de séduction des Burkinabè résidant à l’Etranger, sortie du chapeau magique du Rocco.
Et le chapelet d’actions à mettre en œuvre le démontre. Revisitons un pan de son discours face aux Koswetos, à Ouaga 2000. ‘’Je voudrais vous rassurer que le gouvernement a reçu des instructions pour la mise en place de mécanismes de capitalisation des énormes capacités de mobilisation économique, financière et technique de la diaspora. Cela, à travers, entre autres, le recensement des Burkinabè de l’étranger par pays d’accueil, l’organisation de la structuration de ces communautés, la promotion des cadres burkinabè dans les institutions régionales et internationales, l’opérationnalisation du vote des Burkinabè de la diaspora, etc. J’attends avec la plus grande attention les résultats des conclusions du forum que je souhaite concrètes et orientées vers l’action dans la cohésion’’. Ce n’est pas tout et c’est là que le deal pourrait connaitre quelques couacs ou un désenchantement de la part de nos frères et sœurs accourus de toute la planète à Ouagadougou, le temps du Forum.
L’Etat burkinabè cérise sur le gâteau a trouvé un site sur l’axe Ouaga Koubri, à Guiguemdtenga pour la réalisation d’habitat dédié à ses fils de l’Etranger ; site baptisé ‘’Cité de la Diaspora’’. L’intention est bonne, mais pèche à 2 niveaux :
1- Au niveau de l’unité nationale. Si Roch et son Premier Ministre Kaba Thiéba sont disposés à offrir à ces ressortissants des chances d’avoir un gite (?), il n’en demeure pas moins vrai, que paradoxalement, ils donnent un coup de poignard à l’unité nationale. Pourquoi catégoriser des Burkinabè sur le sol burkinabè ? Pourquoi ne pas insérer ces compatriotes, discrètement et harmonieusement dans d’autres promotions immobilières, sans les mettre en relief ou les exposer. Dans le contexte où le Burkina Faso depuis un certain mois d’octobre 2014, cherche ses marques de cohésion et de consolidation du tissu social, on peut dire sans esprit de méchanceté, que cette initiative est inappropriée voire dangereuse en tout sens.
2- Au niveau des couts, cela semble une arnaque. Il ressort des premières informations que les couts des habitations à construire à Guiguemdtenga oscillent autour de 20 millions F CFA allant asymptotiquement vers + l’infini. C’est excessif ! A moins que l’on veuille voir dans ces ressortissants burkinabè comme (et pour une fois il faut le dire) des vaches à lait. Quelque chose doit y être fait, dans une tendance fortement baissière, avant que la maitrise d’ouvrage ne commence les travaux de fouille et de soubassement.

DIASPO24.INFO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *