Pascal Dimzouré : ‘’Voici les grandes innovations du FRAT 5 ’’

‘’Pourquoi le FRAT se déroule toujours à Grand Bassam’’
• ‘’Les 7 villes que sillonnera la Caravane’’

1,2 et aujourd’hui 5. A force de persévérance et habité par un souci de promouvoir la vie culturelle des communautés du Burkina Faso, et de la Côte d’Ivoire, Pascal Dimzouré, Communicateur de renom remet le couvert pour la 5è édition du Festival de la Fraternité dans moins d’un mois, précisément du 18 au 20 Octobre 2019 à Bassam. Quel est l’état des préparatifs de ce grand rendez-vous socio-culturel ? Quelles en seront les innovations ? Et pourquoi le choix constant de la ville de Grand Bassam ? Il répond sans détours aux questions de Diaspo24.info

Le Festival de la fraternité (FRAT) sera, en octobre prochain, à sa 5ème édition. Quelles en sont les dates précises ? Et comment se déroulent les préparatifs ?

Le Festival de la Fraternité se tiendra du 18 au 20 octobre 2019 à Grand Bassam et sa traditionnelle caravane à l’intérieur du 21 au 27 octobre 2019. Cette caravane traversera 7 villes dont Vavoua, Daloa, Zoukougbeu, Duekoué, Soubré, Méagui, San Pedro afin de véhiculer des messages sur le thème du FRAT 5. Il faut préciser que les entrées au FRAT sont libres. Le Commissariat général est en plein préparatif afin de donner le meilleur d’une bonne organisation.

La 5ème édition a-t-elle un thème et des innovations spécifiques ?

Si ! Le thème de cette édition est « la culture comme vecteur de cohésion sociale ». Les innovations sont majeures. Nous avons souhaité rendre le FRAT plus communautaire. Au-delà de l’intégration, la promotion culturelle et artistique, pour cette édition nous mettrons l’accent sur la formation de la communauté. A cet effet, nous tiendrons trois ateliers de formation gratuitement offerts par le FRAT. Une formation sur les métiers de la photographie dédiée aux jeunes, une communication sera donnée par le Directeur de la promotion de l’industrie culturelle du Ministère des Arts, de la Culture et du tourisme du Burkina Faso sur le management artistique et l’entreprise culturelle et enfin une formation à l’endroit des femmes leaders d’association sur deux modules : entreprises et famille / cycle élémentaire des affaires.

Pourquoi privilégiez-vous la ville de Grand Bassam, pour de tels rendez-vous annuels ?

Le choix de la ville de Grand-Bassam n’est pas fait au hasard. Grand-Bassam est la première capitale de la Côte d’Ivoire, c’est une ville balnéaire très visitée par la population cosmopolite abidjanaise le week-end, et se présente à ce titre comme un cadre idéal pour la production d’un festival. Mais le choix est aussi historique, parce qu’un tournant très important de l’histoire du Burkina a été écrit ici à Grand Bassam. En septembre 1932, la Haute-Volta fut dépecée au profit du Soudan français (actuel MALI), de la Côte d’Ivoire et du Niger. Après la seconde Guerre Mondiale, le Mogho Naaba Koom, empereur des Mossis a entamé des négociations avec les colons français à l’époque basés à Grand Bassam qui ont abouti à la réunification de la Haute Volta aujourd’hui Burkina Faso. Il y’a aussi l’épisode de la première marche démocratique de Côte d’Ivoire, celle dite la marche des femmes de Grand Bassam, dont firent partie quelques femmes burkinabè. Toutes ces raisons mises ensemble nous ont incité à installer le Festival de la Fraternité Ivoiro-Burkinabé à Grand Bassam.

Le FRAT a-t-il conquis le cœur des communautés ivoiriennes et burkinabè au fil des ans ? Qu’est-ce qui fait alors son charme ou sa particularité ?

Nous pensons qu’au fil des ans, les communautés s’approprient le FRAT, la preuve, le FRAT décentralisé est à la demande des communautés de l’intérieur. Ce festival a une particularité car elle célèbre la culture de deux communautés. Nous sommes dans l’esprit du TAC qui prône l’intégration des peuples.

 

Y’a-t-il de artistes de renom invités, en lever de rideau, aux cérémonies d’ouverture et de clôture?

Pour les 3 jours de festivités, le Commissariat général a déjà repéré une dizaine de troupes de danses traditionnelles burkinabè et ivoiriennes, une vingtaine d’artistes musiciens et humoristes se produiront sur le podium du FRAT 5. Pour ce qui est de la caravane dans les 7 villes retenues également une dizaine d’artistes y prendront part. Pour revenir à votre question, les artistes de renom ne presteront pas à la cérémonie d’ouverture ; nous avons privilégié le podium du FRAT. Et comme déjà signifié, nous mettrons l’accent sur 100% live à cette édition. Les artistes qui presteront joueront en live. L’année prochaine un podium Off sera érigé dans la ville de Grand Bassam pour les artistes en herbes et les prestations Play back, car n’oubliez pas que c’est dans cette masse qu’il y a de vraies graines de stars.

Un appel ?

Je voudrais ici dire merci à tous ceux qui nous ont fait confiance depuis la première édition, les médias partenaires, les institutions, les entreprises, les leaders de la communauté et l’ensemble des communautés ivoiriennes et burkinabè, nous leur demandons de toujours soutenir FRAT. De nos jours, les ressources financières sont rares, et vu que l’entrée du FRAT est libre, ce n’est pas facile mais nous tenons la route. Nous demandons à la population de sortir massivement afin de nous permettre de gagner le pari de cette 5ème édition.

Entretien réalisé par Diaspo24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *