Diaspo24.info sur le site d’enrôlement, fait les premières observations

Lancée avec solennité le samedi 4 janvier 2020, au Consulat général du Burkina Faso à Abidjan, l’opération d’enrôlement des Burkinabè de la diaspora sur le fichier électoral biométrique se déroule véritablement. Diaspo24.info y a fait un tour, ce mercredi 8 janvier 2020, soit 4 jours après le top départ. L’engouement est perceptible. Les requérants, une fois dans l’enclave du Consulat, sont accueillis sur la terrasse de la Salle des Mariages dans laquelle sont installés les Opérateurs de Kits.

Tour à tour, ils se présentent aux opérateurs de Kits (OpK), présentent les documents requis à savoir à la fois la Carte Consulaire et la Carte Nationale d’Identité Burkinabè (CNIB) et sont immédiatement pris en compte. Chacun est pris en photo, appose les 10 doigts sur l’appareil d’enregistrement biométrique, et reçois dans les secondes qui suivent, sa carte d’électeur.

De nos investigations, au consulat d’Abidjan sont enrôlée par jour en moyenne une centaine de requérants. Mais, une source indique cependant que les prochains jours, la réception pourrait exploser.

Nous avons constaté également que des requérants qui n’ont pas souvent la bonne information viennent avec des pièces incomplètes ou manquantes. Ils sont délicatement et poliment situés soit par des (OpK) soient par des membres du démembrement local de la CENI.

Il faut souligner qu’à quelques mètres de la Salle des mariages, environ 200 OpK subissaient une formation pratique en vue d’être bien opérationnels ; cette formation est dispensée par le Commissaire Dao Lanssané, venu depuis Ouagadougou, pour cette campagne d’enrôlement.

Il faut rappeler que les échos de Soubré et de Bouaké indiquent également que le processus se déroule également sans accroc.

L’enrôlement, faut-il le rappeler pour la diaspora, qui a débuté le 4 s’achève le 26 janvier 2020.

Diaspo24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *