Consulat d’Abidjan – En 1 an d’activités, Comment Benjamin Nana fait corps avec ses Administrés

C’est le samedi 30 mars de l’année 2019, dans l’enceinte du Consulat général d’Abidjan, que Benjamin Nana a pris les commandes de l’institution où le Conseil des Ministres du 12 décembre 2018 lui a confié. Dans une grande humilité, le diplomate avait laissé entendre dans sa prise de parole qu’il assurera la continuité des sillons tracés par ses prédécesseurs, notamment  les plus récents : le regretté Consul Patrice Kafando dont il a salué la mémoire, et M Daouda Diallo. ‘’Je poursuivrai l’œuvre de mes devanciers’’, avait-il promis urbi et orbi.

Dans son adresse également en prévision de ce qui se mettait en œuvre à grands pas (la participation de la diaspora à la présidentielle 2020), Benjamin Nana avait lancé un appel solennel en direction de ses compatriotes, afin que l’échéance ne soit pas une foire aux injures et le terreau de graves discordes mais, qu’ils adoptent (sic) un comportement qui honore le Faso. ‘’Faisons appel aux valeurs du Burkina Faso’’, avait-il plaidé.

Au fil du temps, l’homme a gardé les mêmes dispositions d’esprit se faisant le chantre de la paix, de l’entraide, de la fraternité et de la solidarité, partout où se jouent la cohésion sociale ou l’intérêt général de ses administrés, Pour lui il y’a pas meilleure démarche pour refléter et honorer l’image de marque du Burkina Faso.
Dans notre métier de reporter, nous avons été fort édifié par sa présence à la rupture de jeune collective organisée par Hamed Savadogo en faveur des Chauffeurs et routiers du Burkina Faso, sur la plateforme du Port Autonome d’Abidjan (PAA), aux différentes étapes des obsèques de feu Salogo Mamadou ex-Président du Conseil National des Burkinabè de Côte d’Ivoire (CNB-CI) en janvier 2020, aux célébrations eucharistiques de l’ASSOCABCI à Saint Laurent Yopougon Kouté, le 11 aout 2019, ou du Centenaire en différé du Diocèse de Manga le 16 février 2020 à Sainte Joséphine Bakhita aux 2 Plateaux.

Il faut dans ce registre mentionner toute sa sollicitude et sa présence constante lors des dernières opérations de délivrance des CNIB par les équipes de l’ONI et des cartes d’électeurs par celles de la CENI. D’aucuns n’y verraient rien de particulier, sinon que ce commis de l’Etat burkinabè ne faisait que son travail. Mais, justement, peut-on alors rétorquer, combien de Commis de l’Etat font alors leur travail avec zèle, dévouement, passion et surtout considération de leur semblable ? C’est tout le sens de l’année de labeur de Benjamin Nana que Diaspo24.info voudrait relever dans la grisaille de la menace sanitaire de la maladie à Coronavirus.

Né le 31 mars 1964, à Ouagadougou, Benjamin Nana est diplomate de carrière. Il a servi dans l’Administration centrale à Ouagadougou, également en Ethiopie, en Asie et au Moyen Orient et au Pacifique, mais aussi à Tokyo en qualité de Premier Conseiller auprès de l’Ambassade du Burkina au Japon.

 

Diaspo24.info

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *