Lebeno Gaston Sawadogo / Pour la première fois après sa démission de C’est le Moment : ‘’Nous n’allons plus nous attarder dans des débats de caniveaux, mais de développement ‘’.

Dans un direct initié et modéré sur Ipen Olpac, Lebeno Gaston Sawadogo a été invité à dire sa part de vérité vendredi 14 aout 2020, suite à des accusations d’une certaine gravité portées contre lui par un certain Ismael Sogo, se présentant comme Porte-parole agissant pour le compte de ‘’C’est le Moment’’. Dans un exercice de transparence et de vérité, l’ex-Membre fondateur et ex-Vice-Président du mouvement politique a relaté les intrigues et injonctions dans le triumvirat qui coiffait C’est le Moment et qui a conduit à la saignée connue.  Sur son compte facebook, il enfoncera le clou, ce dimanche 15 aout 2020 avec une réplique de taille à ce qui se laisse entrevoir. ‘’Le mouvement c’est le moment ne peut en aucun cas utiliser le nom de la diaspora pour marchander un poste avec les autorités car elle n’existe plus en Europe, aux USA et en Asie ‘’, a-t-il laconiquement chargé.

Bien avant la longue nuit du fauteuil blanc sur Ipen Olpac, Lebeno avait lui-même publié sur sa page une vidéo dans laquelle, il a épinglé et dépeint Isamel Sogo et les manigances qui se passent dans le mouvement ‘’C’est le Moment’’ et qui semble le fait d’un complot dirigé salir sa réputation. En voici de larges extraits, afin que nul n’en ignore.

‘’Vous savez que y’a très longtemps je ne suis plus revenu sur les  réseaux sociaux. Bcp de gens m’appellent pour me demander de sortir m’exprimer. Pourquoi ?pourquoi ? pourquoi ? Parce que que vous êtes témoins , le peuple burkinabè est témoin, la diaspora est témoin  du travail que nous avons abattu dans  ‘’C’est le Moment ‘’ pour défendre les intérêts  des Burkinabè de la diaspora et des Burkinabè de la jeunesse au Burkina Faso. Mais à un moment donné vous avez constaté que en tant que membre fondateur et Vice-Président du Mouvement ‘’C’est le Moment’’,  j’ai démissionné le 20 juillet passé.

Comme le dit la sagesse africaine, quand on s’asseoit sur un tronc d’arbre, on ne le coupe. Raison pour laquelle quand j’ai quitté, je suis resté dans mon coin entrain de murir,  concocter un projet qui sera bénéfique pour la jeunesse burkinabè. Parce qu’un leader doit toujours laisser des traces.

Dans une famille, s’il y a des mésententes,  le linge sale se lave en famille et on garde le silence et on continue. J’ai adopté cette sagesse. Parce que suis un leader. Avant d’agir, je dois prendre conseil autour de tous. Je me suis décidé que ma contribution a été positive. Je quitte et donne des bénédictions à tous ceux qui restent à continuer sur le chemin que nous avons tracé pour la jeunesse du Burkina.

Masi malheureusement, j’ai constaté que des individus mal intentionnés, se réclamant porte-parole du mouvement se sont donnés  à un jeu très dangereux. Un Monsieur du nom de Sogo Ismael qui est en France, recherché par la Justice burkinabè via Interpol, en contact  par l’intermédiaire d’éléments que j’ai envoyé à C’est le Moment, est entré en inbox avec ces personnes pour soutirer des marchandises que ces personnes ont envoyées en France, et escroquer  d’autres personnes auprès desquelles il a pris de l’argent leur promettant des véhicules depuis deux ans.

Vous savez très bien que nous au niveau de la diaspora, nous devons être honnêtes pour traquer tous les malfrats qui essaient d’abuser de la jeunesse consciente  du Burkina Faso en les faisant miroiter leur position de leader ou de chef d’entreprise. Depuis longtemps on a reçu les plaintes, on n’a pas voulu salir le nom de qui que ce soit. Mais je constate que cette personne sale qui exploite des gens et qui est recherchée par interpol se réclame même membre fondateur de C’est le Moment porte-parole de C’est le Moment, et appelle des gens aux USA, en Europe même mon petit frère pour les inviter à….vraiment ce n’est pas bien.

Tout le monde m’appelle, il faut parler il faut dire pourquoi tu as démissionné. Je ne veux pas dire pourquoi j’ai démissionné, parce que quand on bâtit quelque chose, tu quittes et tu laisses les gens continuer. Si c’est bien pour eux, Al ham doulaye. Mais je ne vais jamais permettre à qui que ce soit de salir mon nom, de tromper le peuple burkinabè et de tromper la jeunesse de la diaspora. Ceci dit Dieu a fait mon palabre et cette personne s’est révélée au grand  jour,  en participant à un débat avec le Président Ya-paalé  qui est Boureim Ligdi qui est posté sur internet. Il m’a dénigré, sali le nom des autorités du Burkina faso. Raison pour laquelle, j’ai accepté de briser le silence, en acceptant l’invitation ce soir à 20h sur la page de Boureim ligdi, Ipen Olpac (….)

Vous aurez en exclusivité tout ce qui s’est passé pour que nous  démissionnions, tous les bureaux fédéraux de l’Europe, de l’Afrique ont démissionné. Mais  ce n’est pas pour dénigrer qui que ce soit. C’est pour essayer de rétablir la vérité. J’ai déjà tourné cette page depuis longtemps. Nous avons avancé sur un autre chantier avec une autre organisation qui va répondre au besoin de tous les Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur qui se nomme UBDI (Union Burkinabè pour le Développement et l’Intégration. Nous n’allons plus nous attarder dans des débats de caniveaux, mais  de développement.

 

Sa nouvelle initiative

Il est temps pour nous de prendre conscience et de continuer le combat que nous avons mené sur le chantier du développement et de l’intégration en cherchant des financements auprès des bailleurs de fonds, faire des projets de développement au Burkina, aider les Burkinabè qui voudraient venir rester au pays à avoir des projets, les accompagner avec des compétences, essayer de créer une banque de la diaspora qui va financer les projets des jeunes du Burkina pour amorcer le développement et les éviter à tenter l’immigration clandestine qui coute la vie à des millier et des milliers de personnes.

Nous n’allons plus nous attarder dans des débats de caniveaux. Nous nous sommes  orientés vers un chantier de développement et d’intégration…’’

Propos transcrits par Diaspo24.info

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *