M.Benjamin Nana, Grand Prix Africain du Meilleur artisan de la coopération diplomatico-économique : ‘’Je demande à la jeunesse ivoirienne, burkinabè et africaine de se donner la main pour la paix dans tous nos pays’’

‘’Je demande à la jeunesse ivoirienne, burkinabè et africaine de se donner la main pour la paix dans tous nos pays’’

Merci à Nanan, le Chef qui a bien voulu remettre le prix à Nanan fils, Merci beaucoup

Monsieur le parrain, bonsoir et merci pour votre soutien !

Monsieur Sanogo et toute sa dynamique équipe,

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

L’émotion est grande et très grande. Que dire encore ? Tout a été dit ! Lorsque la plus haute autorité du Burkina Faso, SEM Roch Marc Christian Kaboré nous a fait l’honneur de nous nommer ici, sous la haute impulsion du Ministre des Affaires étrangères, et de celui en charge des Burkinabè de l’extérieur, nous nous sommes dit que c’est une mission qui nous est confiée. Cette mission bien entendu vise à promouvoir la paix et la solidarité entre les peuples ivoiriens et burkinabè, vise à promouvoir le bien-être des Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire, mais également à promouvoir l’intégration sous régionale, l’intégration africaine. Et nous n’avons cessé de promouvoir ces idéaux pour la paix en Afrique.

Je voudrais également faire un clin d’œil à SEM l’Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, car c’est  sous son impulsion également que nous avons pu mener le travail sur le terrain, aux côtés de mes collègues de Bouaké et de Soubré. Vous avez vu les délégués au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Extérieur CSBE ; ils sont là.         Les délégués consulaires sont là, les opérateurs économiques, à travers le COEBCI, sont là. Merci beaucoup.

Je voudrais une mention spéciale à mes collaborateurs du Consulat général du Burkina Faso à Abidjan, sans oublier tous ceux qui œuvrent, à travers l’Ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire et les autres dans les autres Consulats généraux, les  autorités ivoiriennes qui ne cessent de nous apporter le soutien nécessaire.

Maintenant, je voudrais demander à la jeunesse ivoirienne, à la jeunesse burkinabè, à la jeunesse africaine de se donner la main pour la paix, la paix en Côte d’Ivoire, la paix au Burkina Faso, la paix dans tous nos pays.

Je vous remercie.

Benjamin Nana, Yamoussoukro le 29 aout 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *