Culture

  • Tiebissou.net – Un portail pour ouvrir Tiébissou au reste du monde

    Tiebissou.net. C’est le portail d’information et d’illustration sur le vécu, les richesses économiques et socio-culturelles de la Commune et du Département de Tiébissou. Ce site qui vient d’être rendu disponible est l’œuvre de l’ONG Essig Production dirigée de main de maitre par un fils de la région M. Allagba Beaucejour, expert en économie culturelle, option art tribal.
    Selon l’initiateur, le projet vise des objectifs majeurs à savoir publier l’information sur Tiébissou et présenter les réalisations infrastructurelles en cours d’exécution dans ledit Département voire dans la Région du Bélier, ainsi que les activités des filles et fils de la localité. Pour lui, tout sera mis en œuvre pour impulser le progrès à Tiébissou, d’où le concept ‘’Investir à Tiébissou, Ville Durable’’ qu’il promeut en multipliant les contacts en direction des entreprises nationales et internationales à l’effet d’aider à l’insertion socio-professionnelle de la tranche jeune, véritable fer de lance du développement du Département.
    Allagba Beaucejour, confiant, est convaincu que l’avènement du site d’information, trait d’union entre les filles et fils de Tiébissou, renforcera et consolidera le tissu social, en facilitant l’entraide et la fraternité dans le Département.

    Diaspo24.info

  • NUIT DE LA DIASPORA : LES ORGANISATEURS REGRETTENT L’ABSENCE DE SEM ZONGO

    Le terrain Inch’Allah de Koumassi a enregistré le samedi 23 décembre 2017 une foule nombreuse venue pour prendre part à la première édition de la nuit culturelle de la diaspora Burkinabè, organisée par la structure BZ PRODUCTION en collaboration avec les artistes de la diaspora.

    Cette cérémonie placée sous le haut patronage de son Excellence Mahamadou ZONGO, Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’ Ivoire et du parrainage du Maire N’Dohi Raymond, de la commune de Koumassi et du Co-parrainage de Noel SAWADOGO, DG de COGEDIS International a tenu toute sa promesse.
    Malgré un début timide lié au petit retard occasionné au niveau de la logistique, tout a fini par rentrer dans l’ordre pour le spectacle en lui-même qui a été très beau dans son ensemble. Nous pouvons retenir que cette nuit fut un succès total et recommande bien entendu la relance de celle de la deuxième édition 2018.
    Une trentaine d’artistes musiciens Ivoiro-Burkinabè et cinq troupes de danses traditionnelles dont deux chorales (chrétienne et musulmane) ont partagé le podium pour le plaisir des spectateurs.
    Le trou noir de cette première édition a été l’absence remarquée du haut patron et du parrain qui est à regretter.
    SERCOM

  • NUIT CULTURELLE DE LA DIASPORA: BASILE ZOMA FRAPPE UN GRAND COUP

    Surmontant stress et toutes sortes d’aléas jusqu’aux caprices de ‘’Monsieur Harmatan’’, Basile Zoma et sa structure BZ Production ont offert à la communauté burkinabè le samedi 23 décembre 2017 sur le terrain in ch’Allah de Koumassi un évènementiel de haut niveau.
    A ce rendez-vous culturel, les différentes stars en herbe, les chorales islamiques et chrétiennes ont rivalisé d’ardeur pour le bonheur du public sorti massivement vivre cette 1ere édition.
    Basile Zoma, il faut bien le préciser, est l’actuel Président du Réseau des Communicateurs de la Diaspora Burkinabè en Côte d’Ivoire (RECOMDBCI).

    Diaspo24.info

     

  • TALY CELEBRE 532 ELEVES A TEAPLEU

    532 élèves de la Sous-Préfecture de Téapleu dans le département de ZouanHounien, ayant obtenu plus de 120 points à l’Entrée en 6è entament leurs premiers pas au secondaire avec sérénité et réconfort. L’honorable Taly Eveline Kponh, Présidente de l’Ong le Mérite leur a offert des kits scolaires d’une valeur globale de 5 028 500F CFA. Parmi les heureux bénéficiaires, l’on dénombre 261 filles et 70 garçons. La cérémonie de remise des dons placée sous le patronage de Mme Fatima Solange Mabri et le parrainage de M. Son Jérôme a eu lieu dans le village de Gloaleu, le samedi 16 septembre 2017.

    Pour la généreuse donatrice, des efforts sans cesse croissants doivent être faits fait pour la scolarisation des enfants en général et en particulier en direction des jeunes filles afin de corriger la disparité garçons/filles, très criante dans les zones rurales. Aussi a-t-elle expliqué que son ONG initie pour la 3è édition la journée du mérite et de remise d’un Prix d’excellence pour sensibiliser toutes les conscience à la justesse de la lutte pour la scolarisation et le maintien des filles à l’école. ‘’C’est à nos yeux une activité qui puisse encourager et stimuler les jeunes filles qui sont déjà scolarisées à persévérer et à maintenir la tendance. C’est aussi le prix à payer pour gagner le pari de l’école obligatoire pour tous dans le département de Zouan-Hounien. Et nous voudrions  rendre un hommage mérité au Dr Albert TOIKEUSSE MABRI et à son épouse qui nous ont permis la réussite de cette cérémonie’’, a déclaré l’honorable TalyKponh,  à la grande joie des bénéficiaires, de leurs parents, et d’une nombreuse population.

    Créée il y a moins de 5 ans, l’ONG le Mérite a fait de la question de la scolarisation de la jeune fille et des enfants issus des couches défavorisées son cheval de bataille. Elle envisage déjà de tenir se tiendra le 15 sept 2018  la 4e  édition de la journée du mérite scolaire, dans un autre village à Lonneu, toujours dans la Sous-Préfecture de Téapleu.

    DIASPO24.INFO

  • SARAN SEREME NOMMEE MEDIATEUR DU FASO

    Une dame remplace une autre. Alima Déborah Traoré cède son fauteuil à tantie Sérémé. Actrice de l’élan des insurgés au Burkina Faso en 2014 qui a dégagé Blaise Compaoré et son establishment, l’amazone Saran Sérémé épouse Séré a été nommée ce jour mercredi 27 septembre 2017 Médiateur du Faso, par le Président du Faso au cours du Conseil des Ministres de. Présidente du Parti pour le Développement et le Changement, est née le 17 novembre 2017 à Ouagadougou.

    Chef d’Entreprise, elle est diplômée de l’Ecole Nationale d’Administration au Mali. Elle avait été candidate malheureuse à la présidentielle 2015 qui a donné Roch Marc Kaboré vainqueur.
    Elle remplace à ce poste, Mme Alima Déborah  Traoré-Diallo.

    DIASPO24.INFO

  • 3000 BACHELIERS BURKINABE EN CI

    L’Ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire a reçu, pour la rentrée universitaire 2017-2018, les dossiers d’inscriptions dans les universités publiques du Burkina plus de 3000 demandes provenant d’élèves burkinabè ayant obtenu leurs baccalauréats dans les lycées et collèges ivoiriens.

    En effet, du 28 août au 11 septembre 2017, ils étaient trois mille cent trente cinq (3135) nouveaux bacheliers burkinabè qui ont déposé leurs dossiers d’inscription dans l’une des universités publiques du Burkina.
    Au terme de cette opération qui a mobilisé les personnels de l’Ambassade et des Consulats généraux du Burkina à Abidjan et Bouaké ainsi que le Consulat honoraire de Soubré, SEM. Mahamadou ZONGO, Ambassadeur du Burkina en Côte d’Ivoire, a indiqué avoir reçu, à la date de clôture, 3135 dossiers répartis ainsi qu’il suit : 1523 dossiers à l’université Joseph KI-ZERBO Ouaga 1 ; 978 dossiers à l’université Ouaga 2 ; 464 dossiers à l’université de Koudougou Norbert ZONGO et 170 dossiers à l’université Nazi BONI de Bobo-Dioulasso.

    L’Ambassadeur ZONGO note une croissance par rapport au chiffre de l’année précédente. « Il y a une hausse bien visible du nombre des postulants par rapport à l’année passée. En effet, de 2180 postulants en 2016-2017, ils sont à 3135 à avoir déposé leurs dossiers par le canal de l’Ambassade pour une inscription dans une des universités publiques du Burkina Faso. Nous avons noté une évolution de plus 44,22%. »
    A la question de savoir quelles ont été les difficultés rencontrées lors de cette opération, le diplomate retient entre autres, les difficultés liées à l’orientation des bacheliers de séries techniques (G, F ; H…) ; les cas des dossiers incomplets liés à l’absence d’extraits de naissance et de cartes d’identité consulaires ; la non-maitrise par les parents et les postulants du mécanisme de choix des filières ; le non-respect des délais de dépôts ; la difficulté de la diffusion de l’information dans les différentes zones.

    Comme conseils ou suggestions à l’endroit l’adresse des futurs étudiants et à leurs parents en vue d’amélioration, l’Ambassadeur leur recommande l’établissement par avance des extraits de naissance et pour les postulants à une bourse nationale, l’établissement des certificats de nationalité burkinabè, des cartes d’identité consulaires, des carnets de famille et des attestations de revenu.
    L’Ambassadeur leur demande de toujours aller à la source pour avoir les bonnes informations sur les universités publiques, les filières d’orientation, les différents tests ou concours d’entrée en première année en consultant régulièrement les sites Webs des universités publiques et des Ambassades, et enfin, de respecter les périodes de dépôt des dossiers d’orientation.

    En guise de conclusion, l’Ambassadeur Mahamadou ZONGO a saisi cette opportunité pour souhaiter une très bonne année académique à tous les étudiants. Aux agents récepteurs des dossiers et aux autorités consulaires, il a exprimé sa satisfaction pour le  travail bien fait.

    Service Presse et Relations publiques

    Ambassade du Burkina en Côte d’Ivoire

  • FRONTIERES DE APOLLINE TRAORE REMPORTE UN GRAND PRIX

    Traoré et son film «Frontières». Après, les prix de L’Intégration Africaine de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Félix-Houphouët-Boigny du Conseil de l’Entente et Paul Robson glané lors du dernier Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco),  le film vient de rafler le Prix du Public au Festival World Cinéma Amsterdam. Au total quarante-six films documentaires, longs et courts métrages sont à l’affiche de cette 8ème édition de ce festival réservé exclusivement aux films d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du sud.

    Ce festival décerne deux prix : Un Prix du Public obtenu grâce aux votes des cinéphiles et un Prix du jury. Tous sont dotés de 5000 euros. «Frontières» est un long-métrage, qui met en scène quatre femmes traversant l’Afrique de l’ouest du Sénégal au Nigeria en passant par le Mali, le Burkina Faso et le Bénin affrontant toutes sortes de difficultés (racket, accidents, vol, viol, assassinat, pauvreté). Le film met en scène quatre actrices dont la célèbre comédienne ivoirienne NakiSySavané.La réalisatrice est attendue à Abidjan le 29 septembre pour la grande première du film en Côte d’Ivoire.

    Diaspo24.info

  • UN AUTRE DEUIL FRAPPE LE FASO- SAKRE SEYDOU EST MORT

    Le narrateur hors-pairs,  le journaliste chevronné, l’inénarrable et inoxydable spécialiste des faits-divers qui a fait les beaux jours de Radio Burkina et de RFI, Sakré Seydou Ouédraogo s’est éteint dans la nuit d’hier à ce jour. A l’âge de 63 ans, Sakré s’est définitivement éloigné du micro, sevrant à jamais ses admirateurs et vaillants auditeurs de voix radiophonique et de sa verve toujours imagée. Malade et affaiblie de longues années, l’homme a rejoint ses ancêtres.

    Avec sa perte, le Burkina Faso, il n’est nullement abusif d’affirmer que le Burkina Faso perd un valeureux fils, après le rappel à Dieu, il y a quelques jours du Président de l’Assemblée Nationale, Salifou Diallo.

    Diaspo24.info rend hommage à ce journaliste émérite qui l’a toujours fasciné et lui souhaite de gouter aux délices du bonheur sans fin auprès de Dieu le Tout Puissant et Clément.

    Adieu, Sakré !

    DIASPO24.INFO

  • DIASPORA – ZOMA BASILE NOUVEAU PRESIDENT DU RECOMDBCI

    Au taux de 92, 30% des voix, Basile Zoma, anciennement Chef du service Photo à l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), a été élu le samedi 26 aout 2017 tout nouveau Président du Réseau des Communicateurs de la Diaspora Burkinabè en Côte d’Ivoire (RECOMDBCI), à l’issue d’une Assemblée générale élective dans la commune de Koumassi. Candidat unique, il a obtenu au décompte, 12 voix sur 13 et un bulletin nul, donc sur un score soviétique de 92,30% des voix.

    Il remplace ainsi TondéKassoum, qui a eu le mérite de diriger les 3 premières années du Réseau et dont le mandat s’est achevé depuis avril 2017. Basile Zoma a promis redonner souffle et vie à cette plateforme de professionnels qui ont à cœur de contribuer au rayonnement de l’image de marque du Burkina Faso et de la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire. Il sera d’ores et déjà aidé dans l’inspection des finances de l’Association par le Journaliste Abel Sacré et Bationo Dénis, élus Commissaires aux comptes.
    Pour rappel, Basile Zoma a une riche carrière de Reporter Photo, après avoir successivement prêté ses services à l’Observateur Paalga, aux quotidiens ivoiriens Le Populaire, 24h et dans des Agences de Communications. Aujourd’hui, il est PDG de BZ Production, une structure de Communication qu’il a créée il y a déjà quelques années et qui fait parler d’elle à par des documentaires, des conceptions vidéo et des spots de bonne facture.

    Basile Zoma est père d’un enfant de 10 ans. Tous nos vœux de réussite l’accompagnent, pour que vive le RECOMDBCI.

    DIASPO24.INFO

  • RCI – UN DEPUTE DENONCE L INSTRUMENTALISATION DES ROIS

    Le samedi 19 août 2017, un rassemblement de soutien au chef de l’État, Alassane Ouattara a été organisé à Sakassou à l’initiative dit-on, de Nanan N’ga-Tanou, Reine du Royaume Baoulé, qui y aurait associé les trente-neuf (39) cantons de la région, représentés par leurs chefs. Cet événement qui fait suite à d’autres évènements similaires qui se sont tenus dans le SUD- COMOE et dans le District Autonome de Yamoussoukro nous interpelle, au regard de l’instrumentalisation de nos Rois et Chefs traditionnels par les politiques.

    En notre qualité d’élu de la Nation, c’est un constat qui nous inspire quelques réflexions d’un point de vue sociologique, politique mais surtout juridique dans la mesure où c’est une question qui regarde directe- ment l’application d’une loi de la République.

    1. Au plan de l’application de la Loi
    Selon la loi N°2014-428 portant Statut des rois et chefs traditionnels en son chapitre 2, qui traite des privilèges, obligations et incompatibilités liés au statut des rois et chefs traditionnels, article 6 : "Les Rois et Chefs traditionnels sont soumis aux obligations de neutralité, d’impartialité et de réserve. Ils doivent s’abstenir d’afficher leur appartenance politique ». Cet article suscite plusieurs interrogations :

    Comment et pourquoi, une telle manifestation de soutien politique a-t-elle pu avoir lieu, en violation des dispositions d’une loi de la République de Côte d’Ivoire.

    • Comment surtout des hommes et femmes politiques au plus haut niveau et des hauts fonctionnaires de l’Etat, ont-ils pu participer à une telle violation de la loi ? En tant que repré- sentant de la Nation entière, nous ne pouvons que dénoncer de telles pratiques et les condamner, et recommander aux hommes et femmes politiques de respecter les lois qui nous régissent.

    2.. Au plan sociologique Il n’est pas inutile de rappeler que Sakassou est le siège du trône de l’institution Royale du peuple baoulé et que le pouvoir traditionnel dévolu à la succession de la Reine ABLA POKOU revient exclusivement au Royaume Baoulé de Sakassou à l’origine des tribus du peuple baoulé. Il est donc profondément regrettable que la Reine du Walèbo, Nanan N’Ga Tanou Monique qui est la garante des us et coutumes des baoulés, soit instrumentalisée pour la dé-valorisation du Royaume du walèbo en en faisant un club de soutien politique. La boîte de pandore vient ainsi d’être ouverte et il est à craindre que l’onde de choc se fasse ressentir dans toutes les tribus baoulés.

    3. Au plan politique Nous pensons que dans un contexte de sortie de crise et d’unité nationale fragilisée comme l’a démontré les ré- centes mutineries et attaques de commandos armés, il est dangereux d’instrumentaliser nos Rois et Chefs traditionnels qui sont non seulement les garants de nos traditions mais surtout le dernier rempart de la cohésion sociale. Les choix politiques des populations de nos diverses régions devraient être libres et sortir du carcan habituel des soutiens indéfectibles. C’est d’ailleurs le sens des dispositions légales qui mettent les Rois et Chefs traditionnels au-dessus de ce folklore qui tend à les infantiliser et à réduire leur influence dans la population.

    Fait à Abidjan, le 26 août 2017

    HONORABLE KOUASSI KOUAMÉ PATRICE