Culture

  • Emile Kaboré dénonce ‘une gouvernance de mensonge’ au Faso’’

    Le Ministre René Emile Kaboré a procédé, le vendredi 20 septembre 2019 à l’hôtel Ibis Plateau (Abidjan), à la présentation dédicace de ‘’Et si enfin on se disait la vérité’’, un ouvrage de 258 pages qui, a-t-il expliqué à la presse, évoque la vérité, pas une vérité banale mais la vérité des faits qui se déroulent dans son pays depuis 2014. Pour l’auteur, ‘’sans cette vérité, il ne peut y avoir la paix des cœurs, il ne peut y avoir de véritable réconciliation…le mensonge est à la base de nos malheurs’’. C’était face à la presse et en présence de barrons du CDP, l’ex-Ministre d’Etat Assimi Koanda, l’ex-Ambassadeur Justin Koutaba, de Issaka Kindo, Secrétaire adjoint du CDP section Côte d’Ivoire, et de leaders de la diaspora tel que Moussa Doamba et Zallé Moussa (CAMJBCI).

    Pour un premier essai, le Ministre René Emile Kaboré n’a pas fait dans la dentelle. C’est une véritable production à charge contre l’insurrection d’octobre 2014, le pouvoir Roch Marc Kaboré qu’il tient pour responsable de la situation suicidaire au Burkina Faso, ‘’pays en déliquescence’’, et contre la Cédéao qui s’est inscrite dans le faux et le déni de la démocratie dans la récente histoire du Faso.

    Le livre est subdivisé en 3 grandes parties. La 1ere partie est intitulée, ‘’l’insurrection, une vaste escroquerie politique’’ ; la 2è partie, ‘’la falsification de la vérité, gouvernance du mensonge’’ et la 3è partie, ‘’une gouvernance sous la jauge’’.

    Dépité et l’âme en peine face à l’impuissance des autorités à contrer ou vaincre les terroristes qui endeuillent tous les jours en grands nombres les populations et les Forces de défense, René Emile Kaboré a déclaré que ‘’c’est un cycle qu’il nous faut arrêter, car les Burkinabè sont fatigués’’.

    Son analyse venait au terme de la projection d’un reportage sur les masses de réfugiés fuyant les zones rouges et sur la marche réprimée du monde syndical le 16 septembre 2019.
    Interrogé sur les allégations sur une quelconque connivence de Blaise Compaoré avec les terroristes qui harcellent le pays, l’auteur sur un ton d’ironie lance ceci. ‘’Si c’est Blaise Compaoré, eh bien, qu’on le laisse rentrer et résoudre cette crise’’. Poursuivant, il a rappelé que Compaoré ne s’est pas mêlé de la crise qui opposait l’Etat malien aux Touaregs de lui-même. Mais c’est bien à la demande du Secrétaire général de l’ONU, donc sous mandat onusien. C’est par ce mandat qu’il recevait à Ouagadougou les protagonistes maliens à Ouaga. Toute chose qui a abouti à l’Accord de Ouaga avec l’obtention d’un cessez le feu, la reconnaissance de l’intangibilité des frontières maliennes et l’exclusion de l’intégrisme religieux.
    ‘’Et si enfin on se disait la vérité’’. C’est véritablement un livre qui ouvre le débat et qui suscitera des passions, mais qui aura l’avantage de donner un autre son de cloche aux cantiques entendus depuis sur l’insurrection et le destin des Burkinabè.

    Diaspo24.info

  • UACO’2019 – La Côte d’Ivoire, pays invité d’honneur au Faso du 26 au 28 Nov

    Le Ministre burkinabè de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du Gouvernement, Monsieur Rémis Fulgance DANDJINOU, accompagné de son Directeur de Cabinet, Monsieur Adama COULIBALY, et de la Directrice générale des Médias, Mme Alima FARTA/OUEDRAOGO, ont eu une séance de travail, le lundi 09 septembre 2019 à Abidjan, avec Monsieur Sidi Tiémoko TOURE, Ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du Gouvernement ivoirien, assisté également de ses plus proches collaborateurs.

    Au centre des échanges, Rémis Fulgance DANDJINOU, a indiqué qu’il est porteur d’une invitation à son homologue ivoirien pour prendre part à la 11ème édition des Universités Africaines de la Communication de Ouagadougou (UACO) qui se tiendra du 26 au 28 novembre 2019 à Ouagadougou. Une édition placée sous le thème, « Communication et Géopolitique : Construire une autre image de l’Afrique ».

    Selon le Ministre DANDJINOU, le choix et l’objectif d’un tel thème visent à améliorer l’image du continent africain véhiculé par les médias et les réseaux sociaux. Le constat est que les images négatives diffusées ont parfois pour relais ou inspirateurs des médias africains. Pour le Ministre burkinabè en charge de la Communication, « les enjeux sont d’ordre culturel, social, politique, économique, professionnel et technologique (… ). Cette biennale des communicateurs africains veut donc promouvoir davantage l’image des pays dans le concert des nations. » Rémis Fulgance DANDJINOU a demandé à son homologue Sidi Tiémoko TOURE de mobiliser les experts et sommités ivoiriens dans les domaines de l’information et des nouvelles technologies de la communication en vue d’enrichir les débats lors de ce colloque.
    En réponse, le Ministre Sidi Tiémoko TOURE s’est réjoui du choix du thème et de son pays comme invité d’honneur. Il a rassuré son homologue burkinabè sur la pleine participation de la Côte d’Ivoire à ce grand événement. « Nous allons désigner des personnes ressources pour un appui qualitatif à la réussite des UACO », a-t-il indiqué.
    En marge de cette séance de travail, le Ministre Rémis Fulgance DANDJINOU a rendu des visites de courtoisie à l’Ambassade et au Consulat général du Burkina à Abidjan.

    Issouf Zabsonré
    Attaché de Presse
    Ambassade du Burkina
    Abidjan

  • RTI – AHMADOU BAKAYOKO A CEDE LE FAUTEUIL A DEMBELE FAUSSENI

    24h après sa nomination à la tête de la Radio-Télévision-Ivoirienne (RTI) à l’issue d’un conseil des ministres, le journaliste Faussény Dembélé a pris fonction. La passation de charges s’est faite dans la mi-journée avec l’ancien patron des medias audiovisuels public du pays, Ahmadou Bakayoko appelé à d’autres fonctions.

    Selon le site de la RTI, le nouveau DG également propriétaire du journal proche du RHDP parti au pouvoir, « L’Expression » a promis de continuer le chemin tracé par son prédécesseur.

    « Ensemble nous allons continuer le chemin, des femmes et des hommes d’expérience, mais également des jeunes pétris de talent », a-t-il indiqué.

    Par ailleurs,Ahmadou Bakayoko nommé Directeur des opérations du groupe industriel panafricain Eranove, s’est dit fier de son nouveau challenge.

    « Après avoir œuvré à la direction générale de la RTI en Côte d’Ivoire depuis 2012, j’ai fait le choix de rester sur le continent et je suis fier de m’engager au sein du groupe industriel panafricain Eranove pour contribuer à un meilleur accès aux services essentiels que sont notamment l’eau et l’électricité », déclare Monsieur Ahmadou Bakayoko, a rapporté le site de Eranove.

    A noter que le Groupe Eranove est présent en Côte d’Ivoire depuis plusieurs décennies (SODECI, CIE) CIPREL7, Awale, Smart Energy), au Sénégal (SDE) depuis 1996 et développe des projets d’infrastructures exclusifs au Mali, au Togo, au Gabon, à Madagascar et en Côte d’Ivoire.

    Koaci.com

  • Tiebissou.net – Un portail pour ouvrir Tiébissou au reste du monde

    Tiebissou.net. C’est le portail d’information et d’illustration sur le vécu, les richesses économiques et socio-culturelles de la Commune et du Département de Tiébissou. Ce site qui vient d’être rendu disponible est l’œuvre de l’ONG Essig Production dirigée de main de maitre par un fils de la région M. Allagba Beaucejour, expert en économie culturelle, option art tribal.
    Selon l’initiateur, le projet vise des objectifs majeurs à savoir publier l’information sur Tiébissou et présenter les réalisations infrastructurelles en cours d’exécution dans ledit Département voire dans la Région du Bélier, ainsi que les activités des filles et fils de la localité. Pour lui, tout sera mis en œuvre pour impulser le progrès à Tiébissou, d’où le concept ‘’Investir à Tiébissou, Ville Durable’’ qu’il promeut en multipliant les contacts en direction des entreprises nationales et internationales à l’effet d’aider à l’insertion socio-professionnelle de la tranche jeune, véritable fer de lance du développement du Département.
    Allagba Beaucejour, confiant, est convaincu que l’avènement du site d’information, trait d’union entre les filles et fils de Tiébissou, renforcera et consolidera le tissu social, en facilitant l’entraide et la fraternité dans le Département.

    Diaspo24.info

  • NUIT DE LA DIASPORA : LES ORGANISATEURS REGRETTENT L’ABSENCE DE SEM ZONGO

    Le terrain Inch’Allah de Koumassi a enregistré le samedi 23 décembre 2017 une foule nombreuse venue pour prendre part à la première édition de la nuit culturelle de la diaspora Burkinabè, organisée par la structure BZ PRODUCTION en collaboration avec les artistes de la diaspora.

    Cette cérémonie placée sous le haut patronage de son Excellence Mahamadou ZONGO, Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’ Ivoire et du parrainage du Maire N’Dohi Raymond, de la commune de Koumassi et du Co-parrainage de Noel SAWADOGO, DG de COGEDIS International a tenu toute sa promesse.
    Malgré un début timide lié au petit retard occasionné au niveau de la logistique, tout a fini par rentrer dans l’ordre pour le spectacle en lui-même qui a été très beau dans son ensemble. Nous pouvons retenir que cette nuit fut un succès total et recommande bien entendu la relance de celle de la deuxième édition 2018.
    Une trentaine d’artistes musiciens Ivoiro-Burkinabè et cinq troupes de danses traditionnelles dont deux chorales (chrétienne et musulmane) ont partagé le podium pour le plaisir des spectateurs.
    Le trou noir de cette première édition a été l’absence remarquée du haut patron et du parrain qui est à regretter.
    SERCOM

  • NUIT CULTURELLE DE LA DIASPORA: BASILE ZOMA FRAPPE UN GRAND COUP

    Surmontant stress et toutes sortes d’aléas jusqu’aux caprices de ‘’Monsieur Harmatan’’, Basile Zoma et sa structure BZ Production ont offert à la communauté burkinabè le samedi 23 décembre 2017 sur le terrain in ch’Allah de Koumassi un évènementiel de haut niveau.
    A ce rendez-vous culturel, les différentes stars en herbe, les chorales islamiques et chrétiennes ont rivalisé d’ardeur pour le bonheur du public sorti massivement vivre cette 1ere édition.
    Basile Zoma, il faut bien le préciser, est l’actuel Président du Réseau des Communicateurs de la Diaspora Burkinabè en Côte d’Ivoire (RECOMDBCI).

    Diaspo24.info

     

  • TALY CELEBRE 532 ELEVES A TEAPLEU

    532 élèves de la Sous-Préfecture de Téapleu dans le département de ZouanHounien, ayant obtenu plus de 120 points à l’Entrée en 6è entament leurs premiers pas au secondaire avec sérénité et réconfort. L’honorable Taly Eveline Kponh, Présidente de l’Ong le Mérite leur a offert des kits scolaires d’une valeur globale de 5 028 500F CFA. Parmi les heureux bénéficiaires, l’on dénombre 261 filles et 70 garçons. La cérémonie de remise des dons placée sous le patronage de Mme Fatima Solange Mabri et le parrainage de M. Son Jérôme a eu lieu dans le village de Gloaleu, le samedi 16 septembre 2017.

    Pour la généreuse donatrice, des efforts sans cesse croissants doivent être faits fait pour la scolarisation des enfants en général et en particulier en direction des jeunes filles afin de corriger la disparité garçons/filles, très criante dans les zones rurales. Aussi a-t-elle expliqué que son ONG initie pour la 3è édition la journée du mérite et de remise d’un Prix d’excellence pour sensibiliser toutes les conscience à la justesse de la lutte pour la scolarisation et le maintien des filles à l’école. ‘’C’est à nos yeux une activité qui puisse encourager et stimuler les jeunes filles qui sont déjà scolarisées à persévérer et à maintenir la tendance. C’est aussi le prix à payer pour gagner le pari de l’école obligatoire pour tous dans le département de Zouan-Hounien. Et nous voudrions  rendre un hommage mérité au Dr Albert TOIKEUSSE MABRI et à son épouse qui nous ont permis la réussite de cette cérémonie’’, a déclaré l’honorable TalyKponh,  à la grande joie des bénéficiaires, de leurs parents, et d’une nombreuse population.

    Créée il y a moins de 5 ans, l’ONG le Mérite a fait de la question de la scolarisation de la jeune fille et des enfants issus des couches défavorisées son cheval de bataille. Elle envisage déjà de tenir se tiendra le 15 sept 2018  la 4e  édition de la journée du mérite scolaire, dans un autre village à Lonneu, toujours dans la Sous-Préfecture de Téapleu.

    DIASPO24.INFO

  • SARAN SEREME NOMMEE MEDIATEUR DU FASO

    Une dame remplace une autre. Alima Déborah Traoré cède son fauteuil à tantie Sérémé. Actrice de l’élan des insurgés au Burkina Faso en 2014 qui a dégagé Blaise Compaoré et son establishment, l’amazone Saran Sérémé épouse Séré a été nommée ce jour mercredi 27 septembre 2017 Médiateur du Faso, par le Président du Faso au cours du Conseil des Ministres de. Présidente du Parti pour le Développement et le Changement, est née le 17 novembre 2017 à Ouagadougou.

    Chef d’Entreprise, elle est diplômée de l’Ecole Nationale d’Administration au Mali. Elle avait été candidate malheureuse à la présidentielle 2015 qui a donné Roch Marc Kaboré vainqueur.
    Elle remplace à ce poste, Mme Alima Déborah  Traoré-Diallo.

    DIASPO24.INFO

  • 3000 BACHELIERS BURKINABE EN CI

    L’Ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire a reçu, pour la rentrée universitaire 2017-2018, les dossiers d’inscriptions dans les universités publiques du Burkina plus de 3000 demandes provenant d’élèves burkinabè ayant obtenu leurs baccalauréats dans les lycées et collèges ivoiriens.

    En effet, du 28 août au 11 septembre 2017, ils étaient trois mille cent trente cinq (3135) nouveaux bacheliers burkinabè qui ont déposé leurs dossiers d’inscription dans l’une des universités publiques du Burkina.
    Au terme de cette opération qui a mobilisé les personnels de l’Ambassade et des Consulats généraux du Burkina à Abidjan et Bouaké ainsi que le Consulat honoraire de Soubré, SEM. Mahamadou ZONGO, Ambassadeur du Burkina en Côte d’Ivoire, a indiqué avoir reçu, à la date de clôture, 3135 dossiers répartis ainsi qu’il suit : 1523 dossiers à l’université Joseph KI-ZERBO Ouaga 1 ; 978 dossiers à l’université Ouaga 2 ; 464 dossiers à l’université de Koudougou Norbert ZONGO et 170 dossiers à l’université Nazi BONI de Bobo-Dioulasso.

    L’Ambassadeur ZONGO note une croissance par rapport au chiffre de l’année précédente. « Il y a une hausse bien visible du nombre des postulants par rapport à l’année passée. En effet, de 2180 postulants en 2016-2017, ils sont à 3135 à avoir déposé leurs dossiers par le canal de l’Ambassade pour une inscription dans une des universités publiques du Burkina Faso. Nous avons noté une évolution de plus 44,22%. »
    A la question de savoir quelles ont été les difficultés rencontrées lors de cette opération, le diplomate retient entre autres, les difficultés liées à l’orientation des bacheliers de séries techniques (G, F ; H…) ; les cas des dossiers incomplets liés à l’absence d’extraits de naissance et de cartes d’identité consulaires ; la non-maitrise par les parents et les postulants du mécanisme de choix des filières ; le non-respect des délais de dépôts ; la difficulté de la diffusion de l’information dans les différentes zones.

    Comme conseils ou suggestions à l’endroit l’adresse des futurs étudiants et à leurs parents en vue d’amélioration, l’Ambassadeur leur recommande l’établissement par avance des extraits de naissance et pour les postulants à une bourse nationale, l’établissement des certificats de nationalité burkinabè, des cartes d’identité consulaires, des carnets de famille et des attestations de revenu.
    L’Ambassadeur leur demande de toujours aller à la source pour avoir les bonnes informations sur les universités publiques, les filières d’orientation, les différents tests ou concours d’entrée en première année en consultant régulièrement les sites Webs des universités publiques et des Ambassades, et enfin, de respecter les périodes de dépôt des dossiers d’orientation.

    En guise de conclusion, l’Ambassadeur Mahamadou ZONGO a saisi cette opportunité pour souhaiter une très bonne année académique à tous les étudiants. Aux agents récepteurs des dossiers et aux autorités consulaires, il a exprimé sa satisfaction pour le  travail bien fait.

    Service Presse et Relations publiques

    Ambassade du Burkina en Côte d’Ivoire

  • FRONTIERES DE APOLLINE TRAORE REMPORTE UN GRAND PRIX

    Traoré et son film «Frontières». Après, les prix de L’Intégration Africaine de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Félix-Houphouët-Boigny du Conseil de l’Entente et Paul Robson glané lors du dernier Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco),  le film vient de rafler le Prix du Public au Festival World Cinéma Amsterdam. Au total quarante-six films documentaires, longs et courts métrages sont à l’affiche de cette 8ème édition de ce festival réservé exclusivement aux films d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du sud.

    Ce festival décerne deux prix : Un Prix du Public obtenu grâce aux votes des cinéphiles et un Prix du jury. Tous sont dotés de 5000 euros. «Frontières» est un long-métrage, qui met en scène quatre femmes traversant l’Afrique de l’ouest du Sénégal au Nigeria en passant par le Mali, le Burkina Faso et le Bénin affrontant toutes sortes de difficultés (racket, accidents, vol, viol, assassinat, pauvreté). Le film met en scène quatre actrices dont la célèbre comédienne ivoirienne NakiSySavané.La réalisatrice est attendue à Abidjan le 29 septembre pour la grande première du film en Côte d’Ivoire.

    Diaspo24.info