Edito

  • Une rupture collective Dimanche pour des Transporteurs du Faso, le Consul invité

    C’est un sens de partage ingénieux et original. En ce saint mois du Ramadan, mois de pénitence, de prière et de partage, Hamed Savadogo, le Président de la Jeunesse du Conseil National des Burkinabè en Côte d’Ivoire a décidé de poser un acte de charité et de solidarité en direction des Chauffeurs et Transporteurs en posture d’attente auprès de leurs remorques et camions à la zone portuaire d’Abidjan. Cet acte de charité, c’est une rupture collective du jeûne à leur intention que le leader organise le dimanche 26 mai 2019.

    Ce sera à partir de 16h30 mn au Parking du Port, au quartier Inno, à quelques mètres de la Représentation à Abidjan de la Chambre du Commerce du Burkina Faso.

    Le jeune leader a conscience que ce monde auquel il invite à cette rupture collective passe des jours voire des semaines à ce parking, loin de sa famille restée au Faso. La rupture collective pour ceux-ci est un acte de solidarité et une pensée cette faitière dont il apprécie le labeur et a conscience des désagréments.

    Hamed Savadogo, a tenu à porter ce jour, l’information au Consul général du Burkina Faso à Abidjan SEM Nana Benjamin qui, du reste attaché au bien-être et à la vie de ses compatriotes, a visiblement apprécié la justesse et la noblesse de l’initiative et compte, sans un empêchement de dernière minute, y prendre effectivement part. Dimanche à 16h30.

    Diaspo24.info

  • 3000 BACHELIERS BURKINABE EN CI

    L’Ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire a reçu, pour la rentrée universitaire 2017-2018, les dossiers d’inscriptions dans les universités publiques du Burkina plus de 3000 demandes provenant d’élèves burkinabè ayant obtenu leurs baccalauréats dans les lycées et collèges ivoiriens.

    En effet, du 28 août au 11 septembre 2017, ils étaient trois mille cent trente cinq (3135) nouveaux bacheliers burkinabè qui ont déposé leurs dossiers d’inscription dans l’une des universités publiques du Burkina.
    Au terme de cette opération qui a mobilisé les personnels de l’Ambassade et des Consulats généraux du Burkina à Abidjan et Bouaké ainsi que le Consulat honoraire de Soubré, SEM. Mahamadou ZONGO, Ambassadeur du Burkina en Côte d’Ivoire, a indiqué avoir reçu, à la date de clôture, 3135 dossiers répartis ainsi qu’il suit : 1523 dossiers à l’université Joseph KI-ZERBO Ouaga 1 ; 978 dossiers à l’université Ouaga 2 ; 464 dossiers à l’université de Koudougou Norbert ZONGO et 170 dossiers à l’université Nazi BONI de Bobo-Dioulasso.

    L’Ambassadeur ZONGO note une croissance par rapport au chiffre de l’année précédente. « Il y a une hausse bien visible du nombre des postulants par rapport à l’année passée. En effet, de 2180 postulants en 2016-2017, ils sont à 3135 à avoir déposé leurs dossiers par le canal de l’Ambassade pour une inscription dans une des universités publiques du Burkina Faso. Nous avons noté une évolution de plus 44,22%. »
    A la question de savoir quelles ont été les difficultés rencontrées lors de cette opération, le diplomate retient entre autres, les difficultés liées à l’orientation des bacheliers de séries techniques (G, F ; H…) ; les cas des dossiers incomplets liés à l’absence d’extraits de naissance et de cartes d’identité consulaires ; la non-maitrise par les parents et les postulants du mécanisme de choix des filières ; le non-respect des délais de dépôts ; la difficulté de la diffusion de l’information dans les différentes zones.

    Comme conseils ou suggestions à l’endroit l’adresse des futurs étudiants et à leurs parents en vue d’amélioration, l’Ambassadeur leur recommande l’établissement par avance des extraits de naissance et pour les postulants à une bourse nationale, l’établissement des certificats de nationalité burkinabè, des cartes d’identité consulaires, des carnets de famille et des attestations de revenu.
    L’Ambassadeur leur demande de toujours aller à la source pour avoir les bonnes informations sur les universités publiques, les filières d’orientation, les différents tests ou concours d’entrée en première année en consultant régulièrement les sites Webs des universités publiques et des Ambassades, et enfin, de respecter les périodes de dépôt des dossiers d’orientation.

    En guise de conclusion, l’Ambassadeur Mahamadou ZONGO a saisi cette opportunité pour souhaiter une très bonne année académique à tous les étudiants. Aux agents récepteurs des dossiers et aux autorités consulaires, il a exprimé sa satisfaction pour le  travail bien fait.

    Service Presse et Relations publiques

    Ambassade du Burkina en Côte d’Ivoire