Société

  • Lutte contre les inondations, Libérations des espaces, destructions des obstacles Anne Ouloto prévient : ‘’Les mesures seront contraignantes’’

    Il y’aura un avant et un après à la Rue Ministre, à Allabra, à Fandasso et autres sites anarchiquement occupés et éprouvant les ouvrages et les passages des eaux pluviales. Après le quitus du Conseil des Ministres extraordinaire du mardi 30 juin 2020, Anne Désirée Ouloto, la Ministre en charge de l’Assainissement était devant les élus de l’Assemblée Nationale le mercredi 1er juillet 2020, dans le cadre d’une séance d’information parlementaire.

     

    Aux députés, la Ministre a fait l’état des lieux de l’assainissement en Côte d’Ivoire notamment dans le District autonome d’Abidjan, mais elle a aussi tablé sur la nécessité de prise de  mesures de destruction vigoureuses, pour tourner la page des drames continuels à période égale. ‘’Nonobstant les efforts d’anticipation du Gouvernement et au regard de la croissance démographique galopante du District d’Abidjan, l’actualité récente vient encore de nous rappeler douloureusement, à quel point les inondations constituent une catastrophe. Ces inondations révèlent des dysfonctionnements et incohérences qui ont marqué pendant des décennies, les politiques en matière d’aménagement, d’occupation de l’espace urbain, d’Assainissement et de Drainage’’, a –t-elle pointé, avant d’annoncer la douleur de la thérapie.

     

    ‘’Les mesures seront certes contraignantes au regard de la période de la COVID-19 et la saison de pluies, mais elles sont indispensables. Nous voulons compter sur le civisme des populations pour que les structures en charge de leur mise en œuvre les appliquent avec toute la rigueur : c’est une question de responsabilité commune et partagée’’. Pour la Commissaire du Gouvernement, l’heure est à l’action et la responsabilité est engagée.

    Diaspo24.info

  • Abidjan – Lutte contre la dépravation des mœurs, 25 jeunes filles interpellées par la Brigade mondaine

    Les 10 et 11 janvier 2020, la Brigade Mondaine, appuyée par le Commissariat de Police du 9ème arrondissement, a mené des opérations de nuit de grandes envergures pour mettre fin aux dépravations des mœurs qui ont cours au centre commercial de Marcory.

    Ainsi, 25 jeunes filles, dont l’âge varie entre 17 ans et 41 ans, ont été interpellées et ont fait l’objet de procédures à l’issue desquelles, 23 ont été déférées devant le parquet du tribunal du Plateau pour racolage actif.

    Quant aux deux (02) autres, compte tenu de leur minorité, elles ont été mises à la disposition du sous-directeur de la Police criminelle chargée de la lutte contre la traite des enfants et de la délinquance juvénile.

    C’est le lieu de rappeler que si la prostitution n’est pas un délit, le racolage actif l’est. C’est-à-dire le fait de héler ou approcher des passants ou toute autre personne dans des endroits recevant du public dans le but d’avoir des rapports sexuels avec eux moyennant de l’argent.

    Sercom DGPN-CI

     

  • Roissy- Un enfant retrouvé mort dans le train d’atterrissage d’un avion venant d’Abidjan

    L’avion, en provenance d’Abidjan, avait atterri tôt ce mercredi matin à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. Le corps d’un enfant « d’une dizaine d’années » a été retrouvé ce mercredi matin dans le train d’atterrissage d’un avion d’Air France en provenance d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, a-t-on appris de source proche de l’enquête.
    L’avion, un Boeing 777, avait décollé d’Abidjan mardi soir et s’est posé peu après 6 heures du matin à Paris. Le corps de l’enfant, qui n’a pas été identifié, a été découvert vers 6h30.

    Dans un communiqué, la compagnie aérienne, qui confirme la mort d’un « passage clandestin » sans préciser son âge, déplore un « drame humain ».

    « Au-delà du drame humain, cela indique une faille de sécurité majeure à l’aéroport d’Abidjan », a déclaré une source sécuritaire ivoirienne, se demandant comment un enfant d’une dizaine d’années a pu accéder à un avion et s’il a bénéficié de complicité.
    Les gendarmes des transports aériens de Charles-de-Gaulle sont saisis de l’enquête.
    Ces dernières années, plusieurs passagers clandestins, notamment des adolescents en provenance d’Afrique, ont été retrouvés morts de froid ou écrasés dans des soutes de train d’atterrissage. Les températures descendent à -50°C entre 9.000 et 10.000 mètres, altitude à laquelle volent les avions de ligne. Les logements de train d’atterrissage ne sont ni chauffés, ni pressurisés.

    AFP

     

  • Adama Ouédraogo(MBDHP): ‘’Dénoncez le racket à la frontière »

    Le reportage réalisé par BF1 sur le racket en cours à la frontière ivoiro-burkinabè et traité en information par votre site préféré a suscité une vive réaction de M. Ouédraogo Adama, Chef de bureau de la Section Côte d’Ivoire du Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP). Pour lui, il faut que, dans la solidarité et de manière vigoureuse, les victimes crient haro sur le baudet. Sa réaction en intégralité.

    ‘’Dénoncez ces bandits, délinquants soit disant corps habillés. Début septembre 2018,je venais de descendre d’un car, à Yendéré pour un contrôle de la police burkinabé basé en ces lieux. Nous nous suivions en file indienne. Arrivé le policier qui encaisse son gombo (les 1000f) sans rien regarder il m’a demandé 1000f.je lui ai répondu pourquoi 1000f.Ansi il reprend ma pièce la regarde et me demande de l’attendre chez son chef ; arrivé, il dit à son chef que le monsieur demande des explications convaincantes des 1000f.C’est en ce moment que j’ai pris la parole pour dénoncer et condamner leur pratique. Sans un mot, c’est une femme policier qui a eu le courage de me remettre mes papiers sans broncher. Arrivé dans le car, j’ai demandé que ceux qui sont à jour de leur papier ne paient aucun franc à un policier. Soyez solidaires et dites que vous ne le payez pas’’.

    Diaspo24.info

  • Malgré les TAC – Ça rackette fort à la frontière ivoiro-burkinabè

    Les téléspectateurs de BF1, une Télé privée du Burkina Faso, ont dû suivre avec dégout, lundi 16 septembre au journal de 19h30, un reportage mettant au grand jour le trafic de racket qui a cours ou qui s’est amplifié à la frontière ivoiro-burkinabè. A la lumière de ce reportage, tous les passagers des différents cars de Transport qui entrent ou sortent du Burkina Faso sont rançonnés et rackettés. Il faut libérer chacun un billet de 1000F dans une cabane de fortune avant d’avoir le droit de poursuivre sa route, que tu aies tes titres d’identité à jour ou pas.

    Ces pratiques qui ont la peau dure violent et bottent en touche les différents accords entre les parties ivoirienne et burkinabè, renforcés par les différentes rencontres au sommet de leurs excellences Alassane Ouattara et Roch Marc Kaboré, lors des Traités d’Amitié et de Coopération (TAC).

    Il y’a lieu, au regard des témoignages concordants et mieux du précieux document de la Télé BF1, qu’une minutieuse inspection soit faite sur le parcours aux frontières afin de débusquer ces forces rétrogrades et véreuses des deux pays, et de donner ainsi corps et substance à l’intégration et au principe de libre circulation des biens et des personnes dans ces deux pays frères.

    Diaspo24.info

     

  • LUTTE CONTRE L’INSALUBRITE – ANNE OULOTO VA REACTIVER LA COLLABORATION AVEC LES MAIRES

    A la Salle Félix Houphouët-Boigny au District Autonome d’Abidjan, Madame Anne Désirée Ouloto, Ministre de l’Assainissement et de la Salubrité a lancé le 12 mars 2019, un vibrant appel pour le renforcement de la plateforme de collaboration avec l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI), que son département ministériel avait initiée et qui avait valu aux deux parties la signature d’une Convention Cadre le 26 septembre 2016. C’était en présence du nouveau Président de l’UVICOCI, le Ministre Danho Paulin, le Ministre Sidiki Diakité en charge de l’intérieur et de la Sécurité, et de très nombreux maires.

    Dans son discours, la Ministre Ouloto a mis en exergue les reformes mises en oeuvre par l’Etat dans le secteur de la Salubrité avec la création de l’ANAGED, la construction d’infrastructures modernes comme le CVET de Kossihouen, les Centres de Groupage et les Centres de Transfert. Elle a également rappelé le Programme Spécial d’Appui aux Collectivités Territoriales initié par le Président de la République, SEM. Alassane Ouattara et qui s’est traduit, entre autres, par des dons d’équipements de salubrité d’une valeur estimée à 12 651 000 000 F CFA, sur la période 2013-2017.

    Déterminée à bouter l’insalubrité du territoire national, la Ministre en charge de la salubrité a rassuré ses interlocuteurs que des actions de lutte contre l’insalubrité et le faible accès à un système d’assainissement seront mises en oeuvre au6delà d’Abidjan dans toutes les localités. Pour ce faire, elle a insisté sur le rôle du Maire dans la sensibilisation et l’éducation au changement de comportements des populations.

    Elle a indiqué que la rencontre au District est une prise de contact et qu’une autre assemblée à convoquer à la mi6avril 2019 permettra que la plateforme gagne plus en vitalité. ’’ Le Comité technique mis en place terminera ses travaux à la fin de ce mois. De sorte qu’on puisse se réunir dès les premiers jours du mois d’avril’, a promis Anne Ouloto.

    ’’La Salubrité est une problématique qui est au coeur des activités des Maires. Nous sommes disponibles en tant que bras séculiers du Gouvernement pour l’amélioration du Cadre de vie de nos citoyens. Nous ferons en sorte que nos villes soient assainies. Nous attendons donc beaucoup du Gouvernement et de votre département ministériel en termes d’appui’’, a déclaré Danho Paulin, le Président de la faîtière des Maires.

    En prononçant le discours de clôture, le Ministre Sidiki Diakité a salué la détermination et l’engagement de sa collègue Anne Ouloto. ’’ Vous êtes un Ministre et une dame de conviction.. La Côte d’Ivoire a la chance de vous avoir’’, a-t-il témoigné. A l’endroit des Maires, il les a exhortés à être ’’convaincants dans cette plateforme’’. Pour le Ministre de l’intérieur et de la Sécurité, les élus communaux doivent se considérer comme ’’ des chefs de Gouvernement locaux’’.

  • LE 1er CASIER DU CENTRE D’ENFOUISSEMENT TECHNIQUE LIVRE A ANNE OULOTO

    Dans l’attente d’une réception officielle et solennelle de l’ouvrage dans les prochaines semaines par SEM Amadou Gon Coulibaly, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Madame Anne Désirée Ouloto, Ministre de l’Assainissement et de la Salubrité a procédé, ce lundi 29 octobre 2018, à la pré-réception du 1er Casier du Centre de Valorisation et d’Enfouissement Technique (CVET) de Kossihouen. C’était en présence des Directeurs généraux de la Salubrité et de la lutte contre les nuisances, de l’Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANAGED), du Conseil de l’Etat en transaction en la matière.
    Ce fut une visite guidée qui a conduit l’autorité, tour à tour, aux box des vigiles et des Forces de sécurité, puis à la cabine de pesée où une simulation de pesée de camions de collecte de déchets a été faite, et enfin aux alentours du Casier.

    La disponibilité de ce 1er Casier, comme l’a relevé le Ministre de tutelle, atteste que le CVET peut effectivement démarrer ses activités, de manière partielle par le volet traitement, et plus tard avec le volet valorisation.

    A moins de 4 jours du 2 Novembre 2018, date qui marque le démarrage des prestations de salubrité dans le District Autonome d’Abidjan par les nouveaux opérateurs de collecte des déchets, le Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité donne un grand signal aux populations sur son engagement à leur offrir un cadre de vie sain. ‘’C’est un processus irréversible. La Côte d’Ivoire entre dans le monde des grandes nations qui tiennent leurs engagements en matière de protection de l’environnement’’, a analysé Anne Ouloto avant de rendre hommage au Président de la République pour sa vision et son soutien.

    SERCOM/ MINASS

     

  • Le Collège Moderne de Teapleu devient Lycée Moderne Kouambla

    Albert Mabri Toikeusse, Président du Conseil régional du Tonkpi, a été vivement ovationné et magnifié à Téapleu, le samedi 16 juin 2018, pour ses nombreuses actions de développement dans ladite Sous-préfecture et dans le Canton Blossé. C’était au cours d’un grand rassemblement des filles et fils de la localité, ainsi que du corps préfectoral, à l’occasion de la transformation du Collège Moderne en Lycée Moderne baptisé Kouambla Metté Eugène, du nom d’une grande figure du Canton. ‘’Par ce geste, Monsieur le Président, vous venez de rassembler à jamais tous les fils et filles de cette sous-préfecture’’, a clamé l’honorable Taly Eveline Kponh à l’endroit de l’ex-Ministre des Affaires étrangères, qui a réalisé de nombreuse infrastructures sociales telles que l’électrification de plusieurs villages, la construction des centres de santé, la réfection des routes pour le bonheur des populations.

    Ce fut également la tribune rêvée pour énumérer quelques doléances à l’autorité. ‘’Vos parents du canton Blossé gardent espoir en vous pour la prise en compte de trois besoins capitaux : il s’agit de l’extension du réseau électrique de Téapleu, de Zéalé et de Lonneu, la construction d’un château d’eau dans la ville de Téapleu et l’appui à l’achèvement de construction de la résidence du Sous-préfet par le Conseil Régional. Résidence pour laquelle vous aviez contribué à hauteur de 20 tonnes de ciment en 2014’’, a traduit le député suppléant Taly Eveline, dans la même veine que le Président du Comité d’Organisation, Gueu Albert.
    Albert Mabri pour sa part a indiqué toute sa joie d’être parmi les siens et a pris l’engagement de poursuivre de nombreux autres chantiers, afin d’apporter un peu plus de bonheur et de bien être aux populations. Chantre de la paix, il a exhorté les filles et fils de Téapleu et des sous-préfectures voisines à la cohésion pour faciliter et hâter le développement.

    Il faut noter que plusieurs présents ont été faits à l’hôte du jour. A son tour, le Président de l’UDPCI a fait parler son cœur par un important don en numéraire. Les cadres de la Sous-préfecture avec à leur tête, Dehon Edouard, ont appuyé l’action du Conseil régional en offrant au Lycée 60 tables-bancs.

    Diaspo24.info

     

  • L’ONG 2AT-CI fait des dons de Coran, vivres, non-vivres aux populations de Djidji

    Assister les démunis et venir en aide aux pauvres, telle est la motivation de cette organisation non-gouvernementale dénommée 2AT-CI (l’ONG Assistance A Tous en Côte d’Ivoire) qui fait un don d’environ 500 Coran, de vêtements et de chaussures à la population de Djidji dans le Département de Lakota. Le chef de la délégation de l’Ong 2AT-CI, Cissé Ibrahim Mohamed Lamine, a dit toute sa satisfaction d’offrir ces dons à cette population. L’ONG 2AT-CI n’est pas à sa première action dans ce village, nous pensons à assister toutes les personnes qui ont le souci d’avoir un mieux-être. Après les dons faits pour la construction d’une école, nous revenons une fois de plus sur sollicitation de la communauté musulmane, qui a plaidé pour avoir de manuels, afin de mieux éduquer leurs enfants. « Dans cette lancée, nous impliquons le Maire de Lakota afin qu’il touche les réalités du terrain pour vous donner un coup de pouce au développement amorcé. Que les autorités touchent le vécu de leurs concitoyens ». Les habitants par la voix de l’Imam Léké Mohamed, n’ont pas caché sa satisfaction. Ce don vient appuyer la communauté musulmane qui a son école et entend former les enfants. Les vêtements récoltés par l’Ong ont été répartis entre les 5 quartiers qui composent la sous-préfecture. Le parrain du jour, le maire de Lakota, Samy Merhy était représenté par deux de ses conseillers municipaux qui ont dit grand merci aux initiateurs.
    Les habitants de cette cité n’ont pas manqué de faire des bénédictions à l’endroit des donateurs et du parrain qui a offert la somme de 50 mille franc cfa.

     

     

  • L’Enseignement catholique secoué : Le SYNESCA menace de tout arreter

    L’an deux mil dix-huit, le quatorze Avril, nous, Syndicat National des Enseignants du Secondaire Catholique de Côte d’Ivoire, portons à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que nous marquons un arrêt de travail les Jeudi 26 Avril 2018 et Vendredi 27 Avril 2018 comme prévu par notre préavis de grève du 14 Avril 2018 pour dénoncer le mépris de notre employeur.
    En effet, réuni en Assemblée Générale Extraordinaire le Samedi 14 Avril 2018 à la Paroisse Saint Michel d’Adjamé, de 11h50 à 14h55, nous avons fait les constats suivants deux mois après la tenue de la réunion de conciliation dans les locaux de la Direction de l’Inspection de travail à Attécoubé-Sebroko bâtiment E, le 14 Février 2018 :
     Aucun point d’accord de cette réunion n’a été exécuté par l’employeur ;
     Aucun chef d’établissement n’a répondu aux courriers de réclamation qui leur furent adressés par les secrétaires généraux des sous-sections du SYNESCA;
     Le Secrétariat Exécutif National de l’Education Catholique (SENEC), après la levée du préavis de grève du 05 Février 2018 suite à la demande de la Direction de l’Inspection de travail, n’a plus contacté les responsables syndicaux de l’union.
     Les Secrétaires Exécutifs Diocésains de l’Education Catholique (SEDEC) et les chefs d’établissements (CE) continuent d’ignorer l’existence du procès-Verbal du 14 Février 2018 signé par leurs représentants.
    Et avons demandé :
     Le retrait de l’échelon zéro de la grille de salaires 2016-2017 nouveau pour respecter l’article 19 de la convention collective de l’enseignement catholique ;
     La réduction de l’étendu de la grille de salaires 2016-2017 nouveau qui est de 45 ans de service, imposant ainsi aux enseignants du secondaire de travailler à 15 ans;
     La revalorisation de la grille de salaires ;
     Le paiement des arriérés de salaires ;
     Le paiement de la prime d’ancienneté selon l’article 55 de la convention collective interprofessionnelle ;
     Le paiement sans délai de la prime de logement décidée et formalisée à la séance de travail du 07 Juin 2007 suivi du paiement des reliquats de cette prime depuis octobre 2007 ;
     La revalorisation de l’indemnité de logement comme suit :
    Abidjan et Bouaké : 70 000 F
    Autres villes du pays : 50 000 F
     La régularisation des contrats locaux conformément à l’article 11 de la convention collective de l’enseignement catholique ;
     Le respect du mode de calcul des congés payés selon l’article 25 de la Loi n° 2015-532 du 20 juillet 2015 portant Code du travail ;
     La mise en place de la commission nationale de mutation et la définition des critères de mutation ;
     L’audit de la caisse de solidarité ;
     La participation de l’employeur au paiement des primes d’assurance maladie des enseignants à hauteur de 50% ;
     L’instauration des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO).
    A ce jour, le SYNESCA constate qu’il n’y a aucune avancée des négociations. Si rien n’est fait, nous nous acheminons vers une fin d’année difficile dans le Secondaire Catholique de Côte d’Ivoire.
    Fait à Abidjan, le 23 Avril 2018

    Le Bureau Exécutif National du SYNESCA

     

    Le Camarade POGONAMOU Mathieu